Présentation de La Ciotat en Provençal

(télécharger cette présentation en PDF)
Vautrei, que venès passa quauquei jour dins noasto bouano vilo, fugués lei bèn-vengu.

La Ciéutat, mounte soun neissu lou cinema e la petanco es urouso de vous aculi.

Lamartine e Emile Ripert an canta lou gou de La Ciéutat, lou « Gou d’Amour » em soun islo « L’Islo Verdo », mounte de batèu vous menaran pèr passa uno journado à l’oumbro dei pin. 6 kiloumètre de plajo vous esperon pèr vous daura au soulèu en escoutant lou brut dei vago.

Mai La Ciéutat a d’autrei cavo à vous moustra. Anas vesita la vieio vilo, sei carriero pintouresco, sei plaço, sei oustau ancian, sei capello : Santo Anno, Sant Jóusé.

Tout próchi Lou Port Nouvèu e lou cinema l’Eden, lou plus viei dóu mounde, la capello dei Penitent blu presento tutto meno d’espousicien.

Anas flaneja sus la Ribo. Dins l’aigo claro dóu Port Viei, apara dei marrit vent pèr lei Tres Se, si miron uno moulounado de batèu. Lou Museon vous fara counèisse l’Istóri de La Ciéutat, lou patrimóni loucau.

Dins la mounumentalo Glèiso Nouasto-Damo, poudrés amira lei fresco de Gilbert Ganteaume, lei tablèu de Tony Roux, uno impressiounanto « Davalado de Crous », lou Crist de l’Islo Verdo. Pèr vous repausa e vous refresca, lei « café » soun noumbrous.

Un bèu matin, escalas dounc fin qu’à Nouasto-Damo de la Gardo que viho sus lei Ciéutaden despuei tres cent cinquanto an. La visto es superbo. Sus lei muraio de la nau soun acrouca d’esvoto, testimóni de recouneissenço de pescaire e de marin sauva dei naufràgi e dei brefounié. Tout próchi, s’aubouro « l’Oustau de Michel Simon ». Lou grand artiste avié planta caviho à La Ciéutat. En davalant, anas passa un moument dins la calanco de Fugueirolo. Li veirés lou roucas dóu Lioun e la Pouncho dóu Capouchin.

Óublidés pas de vesita lou « Pargue dóu Mugel », emé soun jardin boutani. D’escourregudo vous menaran au Pount Naturau, à la Baumo de Fardeloup e tambèn ei plus aut baus de Franço. Se n’en avès l’oucasien, assistas à uno partido de petanco, ausirés d’espressien tipicamen loucalo : « Tu es souto », « Je me suis escravillé », « Tu es long de cinq pan ».

Vaqui, bravei gènt uno ideio de tout ço que vous espero à La Ciéutat. L’a pas tout, vous leissan la souspresso, e pèr acaba,bouanei vacanço, bouan sejour à La Ciéutat, « La ville des Lumières ».

La Coupo Santo

En reconnaissance de l’accueil fait à Avignon au poète catalan Victor Balaguer, exilé pour raison politique, et aussi en témoignage de la Fraternité qui a toujours uni la Catalogne et la Provence, les patriotes catalans et les amis de Balaguer ont envoyé au Félibrige un présent de grand prix. C’est une coupe d’argent adorablement ciselée.

Elle provient d’une souscription de 1800 signatures ; elle a été faite à Paris chez l’argentier Jerry, à cause des évènements en Espagne qui ont empêché de réaliser l’ouvrage à Barcelone.

C’est une coupo de forme antique, fixée sur un palmier. Contre ce palmier, debout et se regardant, deux gentilles figurines représentant comme sœurs la Catalogne et la Provence. La Provence a son bras droit autour du cou de son amie, pour lui marquer son amitié ; la Catalogne pose sa main droite sur son cœur et semble dire merci.

C’est un groupe admirablement créé, et réussi, par le sculpteur Fulconis d’Avignon et qui fait doublement honneur à l’artiste. Il faut dire, en effet que, lorsque Fulconis à qui ce travail avait été confié (car il habitait Paris) apprit la destination patriotique de l’objet, il refusa, pour sa part, aucune rétribution, et généreusement donna son art divin à l’idéal poétique et national.

Au pied de chaque figurine, vêtues à la façon latine et le sein nu, il y a un écusson avec les armoiries qui la représentent.

Autour de la conque, et en relief, sur un galon orné de lauriers, on lit les mots suivants :

« Souvenir offert par les patriotes catalans aux Félibres provençaux pour l’hospitalité donnée au poète catalan Victor Balaguer. 1867 ».

Et sur le piédestal sont finement gravées ces autres inscriptions :

« Morta diuhen qu’es
Mès jo la crach viva. »         V. Balaguer(1)

«  Ah ! se me sabien entèndre !
Ah ! se me voulien segui ! »   F.Mistral(2)

Frédéric Mistral a écrit les paroles de la Coupo. La musique est inspirée de celle d’un Noël de Nicolas Saboly (XVIIème siècle):

Coupo Santo

Prouvençau, veici la Coupo
Que nous vèn di Catalan ;
A-de-rèng beguen en troupo
Lou vin pur de noste plant.

Coupo Santo
E versanto
Vuejo à plen bord
Vuejo abord
Lis estrambord
E l’enavans di fort !

D’un vièi pople fièr e libre
Sian bessai la finicioun ;
E, se toumbon li Felibre
Toumbara nosto nacioun.

D’uno raço que regreio
Sian bessai li proumié gréu ;
Sian bessai de la patrìo
Li cepoun emai li priéu.

Vuejo-nous lis esperanço
E li raive dóu jouvènt,
Dóu passat la remembranço
E la fe dins l’an que vèn.

Vuejo-nous la couneissènço
Dóu Verai emai dóu Bèu,
E lis àuti jouïssènço
Que se trufon dóu toumbèu.

Vuejo-nous la Pouësio
Pèr canta tout ço que viéu,
Car es elo l’ambrousìo
Que tremudo l’ome en diéu.

Pèr la glòri dóu terraire
Vautre enfin que sias counsènt
Catalan, de liuen, o fraire,
Coumunien tóutis ensèn

Coupe Sainte

Provençaux, voici la coupe
Qui nous vient des Catalans
Tour à tour buvons ensemble
Le vin pur de notre cru.

Coupe sainte
Et débordante
Verse à pleins bords
verse à flots
Les enthousiasmes
Et l’énergie des forts !

D’un ancien peuple fier et libre
Nous sommes peut-être la fin ;
Et, si les Félibres tombent
Tombera notre nation.

D’une race qui regerme
Peut-être somme nous les premiers jets ;
De la patrie, peut-être, nous sommes
Les piliers et les chefs.

Verse nous les espérances
et les rêves de la jeunesse,
Le souvenir du passé
Et la foi dans l’an qui vient.

Verse nous la connaissance
Du Vrai comme du Beau,
Et les hautes jouissances
Qui se rient de la tombe.

Verse nous la Poésie
Pour chanter tout ce qui vit,
Car c’est elle l’ambroisie
Qui transforme l’homme en Dieu.

Pour la gloire du pays
Vous enfin nos complices
catalans, de loin, ô frères,
Tous ensemble, communions !

La Cuisine Provençale

Aïoli

Mayonnaise à base d’huile d’olive et d’ail pilé. Elle accompagne principalement les poissons et les légumes.

Anchoïade

Purée d’anchois, mélangée à de l’huile d’olive et de l’ail. Elle agrémente les crudités et assaisonne les salades.

Tapenade

Purée d’olives noires, d’anchois dessalés et de câpres, mélangée à de l’huile d’olive et des aromates. Elle est délicieuse sur du pain (voir notre recette).

Soupe au Pistou

Soupe riche en légumes (haricots, carottes, pommes de terre, courgettes, tomates…), accompagnée d’une sauce à l’huile d’olive relevée d’ail et de basilic.

Salade Niçoise

Salade de concombres, tomates, haricots verts, poivrons, œufs, olives noires, filets d’anchois, arrosée d’huile d’olive et relevée d’ail et de basilic.

Bouillabaisse

A l’ origine plat populaire, elle est devenue coûteuse en raison de la rareté de certains poissons. Son nom vient de « bouillir  » et « abaisser » car elle se cuit rapidement à feu vif. Elle contient au moins cinq poissons de roche : congre, rascasse, grondin, lotte, saint-pierre, merlan… auxquels on peut ajouter des petits crabes appelés favouilles et des rondelles de pomme de terre. La soupe qui en résulte sert à mouiller le poisson, retiré à part. Elle s’accompagne de tranches de pain et de sauce rouille (aïoli relevé de piments rouges).

Ratatouille

Mélange de légumes (courgettes, aubergines, tomates, poivrons…), cuits à l’huile d’olive, avec de l’ail et des herbes de Provence. Elle accompagne les viandes, les poissons et le riz (voir notre recette).

Tian

Gratin de légume cuit dans un grand plat en terre large et peu profond du même nom.

Daube

Morceaux de bœuf cuits lentement dans du vin rouge, avec des oignons piqués de clou de girofles, un bouquet garni et des gousses d’ail. Mijotée pendant une journée entière, elle est meilleure encore réchauffée le lendemain. On la sert avec des pâtes fraîches.

Les 13 Desserts de Noël

Ils clôturent le gros souper de Noël et se savourent après la messe de minuit. Ils sont 13 comme le Christ et ses apôtres : raisins séchés, figues sèches, amandes-noix-noisettes, prunes de Brignoles, poires-pommes, cédrats confits, confiture de coings, nougat blanc-noir, cachat piquant (fromage blanc), bugnes frites, galettes au lait parfumées au fenouil et au cumin et pompe à l’huile.

La Culturo Provençalo a La Ciéutat

AIGO DOU PRAT

ACTIVITÉS Enseignement de la langue provençale. Conférences. Sorties culturelles en Provence.

Contact / AIGO DOU PRAT
Local Bon – Place Louis Marin
Tél. 04 42 83 13 52

LI CALIGNAIRE DE PROUVENÇO

ACTIVITÉS Enseignement de la langue provençale aux enfants, Expression artistique (Théâtre) et la cuisine traditionnelle. Ateliers de conservation. Sorties culturelles et veillées.

Contact / LI CALIGNAIRE DE PROUVENÇO
Rés. Bucelle Bât 4 – Avenue Marcel Camusso
Tél. 06 09 71 77 45

LA CARRIERO DRECHO

ACTIVITÉS Enseignement de la langue provençale.Sorties culturelles.

Contact / LA CARRIERO DRECHO
41, Chemin de Sainte-Croix
Tél. 04 42 83 33 39

L’ESCOLO DE LA RIBO

ACTIVITÉS Chant choral. Danses du folklore provençal. Théâtre. Spectacles et défilés.

Contact / L’ESCOLO DE LA RIBO
Maison des Associations – Avenue Subilia
Tél. 04 42 83 48 42

LE MUSÉE CIOTADEN

ACTIVITÉS Préservation de la culture provençale. Reproduction d’une cuisine authentique provençale.

Contact / MUSÉE CIOTADEN
30 Rue Adolphe Abeille
Tél. 04 42 71 40 99